Chronique

Chronique : Un si petit oiseau

Salut à tous, j’espère que vous allez tous très bien. Aujourd’hui je vous retrouve pour un coup de cœur que j’ai terminé très récemment et que vous connaissez sûrement : Un si petit oiseau. J’espère que cette petite chronique vous plaira ! Je vous laisse avec la suite 😉


« Elle ferme les yeux, écoute la nuit, elle sent battre le coeur de la Terre, sous elle, celui des hommes, des arbres, des animaux, ce coeur nocturne qui bat depuis le commencement, qui battra après elle. Elle appartient à ce monde immense. Et son bras, peut-être, alors, est dérisoire. »

titre : Un si petit oiseau

auteure : Marie Pavlenko

nombre de pages : 396

note : 4,5/5

mon avis :

J’ai énormément aimé ce roman et je crois bien que c’est un petit coup de cœur. L’auteure a une plume incroyable, et les sujets, qui peuvent être délicats, sont traités avec une touche d’humour vraiment agréable. Du coup, l’histoire se base sur Abigail, dit Abi. Elle va être victime d’un accident de voiture qui va lui couter un bras. Après cet incident, elle va totalement se renfermer sur elle-même et tirer un trait sur son ancienne vie. L’apparition d’Aurèle, un ancien camarade de primaire, va lu permettre de se relever et lui apprendre, a peu à peu, reconstruire une nouvelle vie.

C’est mon tout premier roman de cette auteure et je dois dire que je ne suis pas du tout déçue mais plutôt impressionnée. C’est un récit très touchant et beau. Son point fort est sans aucun doute la variété et l’importance des sujets traités. Car le handicap est sujet vaste, il regroupe également en quelque sorte « la dépression », le regard des autres et l’acceptation de soi. Dès le départ, l’auteure nous fait rentrer dans le vif de l’action en nous décrivant l’accident. Et à partir de ce moment, on ne lâche plus le livre, les pages défilent tellement c’est fluide addictif et prenant !

« On peut avoir mal de tant de façons différentes, lâche-t-il.
– Ouais. Trop de façons.
Il esquisse un sourire triste.
– Tu crois que la douleur s’atténue, un jour ?
– Je ne sais pas. J’espère très fort. »

Les personnages sont très attachants chacun à leur manière. On sent que toute la famille d’Abi est bouleversé par l’accident et on peut voir le ressentit des différents membres. On a vraiment l’impression de vivre avec eux cette étape de leur vies respectives et de faire parti à part entière de leur famille. La protagoniste, Abigail, est vraiment courageuse, on ressent de la compassion envers elle (même si on ne sait pas forcément comment on aurait réagit à sa place) et on suit son évolution/reconstruction durant tout livre. Ensuite passons à Aurèle, qui est incontestablement le personnage le plus attachant de cette histoire ! Il est unique et a une âme tellement pure ! Certes il paraît un peu perché au premier abord, mais par la suite on découvre un personnage sympa, ouvert d’esprit et surtout telleeeeeement mignon ! Quant aux autres, j’avoue qu’au début je trouvais Millie, insupportable et surtout très égoïste, mais on se rends compte qu’elle aussi n’a pas la vie facile et qu’elle a du être très seule également, ça montre bien que cette accident ne touche pas que Abi. Les parents sont peut-être peu trop surprotecteurs à mon goût, mais bon c’est compréhensible… Et pour le reste, je n’ai pas grand chose à dire, ils étaient sympas !

La plume de l’auteure est douce et poétique. J’ai trouvé formidable le fait que le sujet principal ne respire pas spécialement la joie de vivre, mais qu’elle réussisse à en faire une histoire qui nous remonte le moral, qui nous fasse rire. Car oui, il y a des moments tristes, mais comme je l’ai dit tout à l’heure Marie Pavlenko
va rajouter une touche d’humour qui rends directement le livre plus léger. J’ai beaucoup aimé le lien avec la nature, plus précisément l’ornothologie. Un sujet qui ne m’intéressait pas du tout au début, mais qui grâce à ce récit, nous donne envie d’en savoir plus haha !

Quant à la narration, elle est plutôt spéciale, je ne serais pas trop comment la décrire, mais on s’y habitue très rapidement. Elle permet d’entrer dans la tête des personnage et de tous les cerner de façon plutôt originale !

« C’est comme si avant, à l’intérieur, j’avais une grande forêt pleines d’oiseaux et de promesses. Elle a disparu Colline, tu comprends ? C’est comme ça. À la place , il y a des herbes jaunes, des mares sans eau, du silence et de la terre craquelé. »

La fin m’a totalement émue, je vous laisse la découvrir ! Bref, ce livre est poignant, fort mais également doux. Les personnages, les sujets traités, l’humour bref tout est génial. Pour moi c’est juste une bouffée d’air frais. L’auteure véhicule des messages très positifs qui font du bien. C’est donc une très belle découverte et qui m’a donné très envie de découvrir d’autres œuvres de Marie Pavlenko. Je n’ai pas spécialement envie de trop vous en parler (c’est pour ça que cette chronique n’est pas très longue) car je pense que la meilleure chose à faire est de se plonger dans l’univers sans trop avoir d’idées, c’est pour ça que le « résumé » est volontairement très vague. La seule petite chose que je peux vous dire pour terminer, c’est que je vous conseille fortement d’aller découvrir cette si belle et douce histoire !


Voilà ! J’espère que cette chronique vous a plu et surtout qu’elle vous a donné envie de lire cette petite pépite. Je m’excuse si cette chronique est vraiment courte par rapport à d’habitude, mais comme je viens de le dire, je pense que c’est mieux de ne pas en savoir plus avant de se lancer ! Bref n’hésitez pas à me dire en commentaire ce que vous avez pensé de ce livre, si vous l’avez lu, ou si vous avez déjà découvert d’autres livres de cette même auteure. En tout cas, je vous laisse et vous dit a bientôt pour de prochains articles livresques !

alice.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s